Tag Archives: Mexico

ENGIND Seminar : Etienne Gérard – National and international spaces of engineering : the case of Mexico

Le quatrième atelier de l’ANR ENGIND – Ingénieurs et société en Inde coloniale et post-coloniale se tiendra le 1er Juin 2015

de 14h à 16h30, en salle 640, CEIAS-EHESS, 6e étage, 190-198 avenue de France, Paris. 
Métros : Bibliothèque (ligne 14) ou Quai de la gare (ligne 6)
L’espace national d’ingénierie : un miroir de la division du marché international de la formation ? Le cas des ingénieurs mexicains du Système national des chercheurs

Cette présentation tentera de montrer, dans le cas du Mexique, ce que produit la division du champ international de la formation sur la structuration du “champ” de l’ingénierie. À l’aide des données de la base du Système national des chercheurs (SNI) mexicains, dont est membre notre population de référence, nous tenterons de mettre en évidence les dynamiques de regroupement des ingénieurs sur la base de leurs formations. Nous verrons ainsi que, si le champ international de la formation est hiérarchisé en pôles d’inégales attractivité, spécialisation disciplinaire et influence, le Mexique lui-même est « divisé » en fonction des pôles de formation de ses chercheurs, en l’occurrence ingénieurs. À la division internationale du champ de formation correspond, en miroir, une division de “l’espace de l’ingénierie » au Mexique. Ce constat nous conduira à explorer, par l’analyse des lieux de formation et institutions dans lesquelles exercent les ingénieurs du SNI, distingués par sous-disciplines, l’hypothèse d’une existence de réseaux entre institutions étrangères de formation et institutions mexicaines d’ingénierie. Nous verrons notamment que les liens entretenus entre les pôles professionnels mexicains d’ingénierie recherche et les pôles étrangers de formation ont tous les traits d’un « effet réseau » entre les ingénieurs et des écoles étrangères de formation, non moins que ceux d’une « chaîne scientifique » entre institutions étrangères de formation et institutions mexicaines de recherche en ingénierie. En un sens, l’affiliation commune des ingénieurs à une « culture » étrangère donnée constitue le creuset de « collectifs professionnels » au Mexique. Ces collectifs apparaissent ainsi davantage comme le produit de la division du champ international de formation, davantage que celui d’une construction politique de l’ingénierie mexicaine.