Tag Archives: Engineers

Book: Engineers in Syria and Egypt

Sari Hanafi, La Syrie des Ingénieurs. Une perspective comparée avec l’Egypte, Paris, Karthala, 1997

“Les chercheurs attribuent le plus souvent la fragilité du développement dans les pays du Sud à causes des releant d’une macro-analyse de l’Etat. Ce faisant, ils négligent les groupes sociaux qui peuvent être porteurs de projets de développement. A mi-chemin entre les études macro-économiques du développement et ses analyses anthropologiques fines, une sociologie de nouveaux acteurs, tels que les ingénieurs, apparaît de nature à éclairer les évolutions sociales et politiques récentes de la Syrie et de l’Egypte. Si les ingénieurs sont le produit du développement, ils en deviennent ensuite le moteur indispensable ainsi que, parfois, le vecteur potentiel de son échec. Leur rôle ne se résume pas à celui de simples exécutants de la raison d’Etat. Car par leur travail et par une certaine autonomie de décision qui leur est souvent reconnue au nom de leur savoir et de leur technicité, les ingénieurs participent activement à la formation/ réalisation des politiques étatiques et des projets économiques du secteur privé.Ce groupe de techno-bureaucratique est en quête d’une identité professionnelle mais aussi sociale et culturelle. Au-delà de la question du développement, les ingénieurs s’intéressent aux affaires de la cité. Ils combinent une orientation modernisatrice, sous forme de visées technocratique et techniciste, avec d’autres orientations que nous avons appelés proffessionnelle faible, corporatiste et islamiste.Un projet culturel est porté par une partie d’entre eux dont les islamistes. Son mot d’ordre est de moderniser l’islam. Cet islamisme a un rapport au religieux que nous qualifions “d’esthétique”. Car cette vision indique davantage une subordination au présent, au contexte socio-économique et politique, qu’une autonomie historique. Elle est beaucoup plus liée à l’attitude de l’Etat quà l’appartenance à une culture arabo-musulmane.”

Sari Hanafi est “docteur en sociologie de l’Ecole des hautes études en sciences sociales de Paris, actuellement chercheur au Centre d’étude et de documentation économique juridique et sociale du Caire (CEDEJ). Il est l’auteur de l’ouvrage Entre deux monde. Les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora et la construction de l’entité palestienne, (en français et en arabe). Il est également auteur de plusieurs articles sur la société syrienne et sur la diaspora palestinienne.”

See also: 

Hanafi Sari. Ingénieurs et ouverture économique en Syrie et en Égypte. Un groupe professionnel en quête d’identité. In: Tiers-Monde. 1995, tome 36 n°143. Professions scientifiques en crise. Ingénieurs et médecins en Syrie, Égypte, Algérie (sous la direction d’Elizabeth Longuenesse et Roland Waast). pp. 531-545. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/tiers_0040-7356_1995_num_36_143_4975

Hanafi Sari, Les ingénieurs en Syrie : modernisation, technobureaucratie et identité, Thèse de Doctorat, Paris, EHESS, 1994. Available Online

Book: History of Technical Intelligence

Hélène Verin, La Gloire des Ingénieurs: l’Intelligence Technique du XVIe au XVIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1993

“Bâtisseur du progrès ou homme d’artifices, l’ingénieur est une figure centrale du mythe de la modernité. Héraut du génie à la Renaissance, il triomphe dans l’organisation industrielle au temps de Jules Verne.Ce livre nous invite, à travers une abondante littérature, peu connue ou inédite, à délaisser le mythe pour pénétrer dans l’histoire profuse et vivante des ingénieurs. Ouvrant l’espace de la technique, dans la société comme dans la connaissance, au confluent d’intérêts contraires et à la rencontre du savoir et du faire, de l’esprit et de la matière, les ingénieurs sont en quête d’un autre “Discours de la méthode”. Dès le XVIe siècle, ils s’appliquent à anticiper par le calcul les effets de leurs artifices, pour en augmenter les avantages. Soucieux d’instrumenter au plus juste les mathématiques, ils réfléchissent sur les vertus de la modélisation, de la normalisation de la science des systèmes et sont, à la fin du XVIIIe siècle, au coeur du débat sur les avantages et les inconvénients de l’industrialisation.”

Book: Engineers in Parliament

 Bruno Marnot, Les Ingénieurs au Parlement sous la IIIe République, Paris, CNRS Éditions, 2000

“Le Parlement de la Troisième République a compté, sur l’ensemble de la période, 280 ingénieurs qui ont joué un rôle essentiel dans l’élaboration de la politique industrielle de la France. Qui étaient ces ingénieurs ? Quelles étaient leur formation, leur carrière professionnelle ou leur sensibilité politique ? Le dépouillement de nombreuses archives parlementaires montre que ces hommes ont pris part, de manière active et déterminante, à l’industrialisation de la France dans des domaines aussi divers que l’électricité, la modernisation agricole ou la politique pétrolière. Les rapports complexes entre Etat et industrie apparaissent clairement. ”

 

 

Book review: 

Muriel Le Roux, « Les ingénieurs au Parlement, sous la IIIe République », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 6 | 2002, mis en ligne le 06 mars 2006. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/401


 

Book: The Engineers and the Great Depression

André Grelon (ed.), Les Ingénieurs de la Crise. Titre et Profession entre les deux guerres., Paris, Editions de  l’EHESS, 1984

« L’entre-deux-guerres a été pour les ingénieurs une période d’une très grande importance. A cette époque, leurs conditions de travail se modifient, leurs rôles dans les entreprises se transforment, leur position dans la société est en pleine évolution. La grande crise des années trente agit à cet effet comme un révélateur : les ingénieurs prennent conscience qu’ils sont menacés à la fois de l’intérieur parce qu’ils forment un groupe de plus en plus hétérogène et de l’extérieur par les risques de déqualification professionnelle et de déclassement social. Ils sont donc amenés à se défendre en cherchant à obtenir un statut qui définisse une qualité intrinsèque de l’ingénieur : ce sera la bataille pour la protection du titre d’ingénieur. Cet épisode revêt une grande signification dans leur longue histoire, car c’est sur la base des acquis des années trente que s’est construit l’ingénieur contemporain. Ce livre relate pour la première fois la lutte de ce groupe socio-professionnel pour préserver et renforcer son identité : il analyse les raisons de ce mouvement et en décrit les modalités. Il montre aussi que les problèmes auxquels ont été confrontés les ingénieurs français étaient communs à ceux de toute l’Europe : il jette ainsi les basés d’une histoire européenne des ingénieurs. »

 

Book: Engineering Education

André Grelon, A.Karvar, I.GouzevitchLa formation des ingénieurs en perspective. Modèles de référence et réseaux de médiation, XVIIIe-XX siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004

« L’institutionnalisation de la formation et de la pratique des ingénieurs est un processus historique de grande ampleur qui se développe parallèlement aux grandes vagues d’industrialisation en Europe et en Amérique du Nord, dès la fin du XVIIIe siècle. Elle ne cesse de s’étendre à tous les pays; elle est encore à l’œuvre aujourd’hui. Elle est souvent en corrélation avec la diffusion des “modèles” d’enseignement technique. Réunissant des contributions de chercheurs et d’universitaires venus du monde entier, le présent ouvrage offre un aperçu original des recherches comparatives sur le transfert des “modèles” d’enseignement pour ingénieurs entre différentes aires culturelles. Les articles rassemblés en trois parties – institutionnalisation de l’enseignement, médiation des acteurs et polysémie du concept de ” modèle ” – traitent des déterminants techniques et culturels, des stratégies d’expansion et des choix politiques comme des mécanismes complexes d’acculturation dans un environnement local. »

Book: Women Engineers

Catherine Marry, Les femmes ingénieures. Une révolution silencieuse, Paris, Éditions Belin, 2004

« Depuis les années 1920, les femmes affirment leur présence dans le monde masculin des ingénieurs. Ce livre retrace les moments et les lieux, les avancées et les butoirs, les ressorts subjectifs et sociaux de cette transgression des places et destins féminins. Il s’agit d’une révolution respectueuse, mais c’est le premier de ces deux termes paradoxaux qui est le plus exploré ici. Comme ailleurs, l’hégémonie masculine perdure dans les hautes sphères, mais la présence de mieux en mieux acceptée des femmes ingénieurs s’inscrit dans une dynamique d’égalité entre les sexes. »

Catherine Marry est sociologue, directrice de recherche au CNRS (Lasmas, Paris). Elle participe à la direction du Groupement de recherche européen MAGE (Marché du travail et genre). Parmi ses publications récentes : Laufer Jacqueline, Marry Catherine, Maruani Margaret (dir.), Le travail du genre, Paris, La Découverte, 2003 ; Laufer Jacqueline, Marry Catherine, Maruani Margaret (dir.), Masculin-féminin, Questions pour les sciences de l’homme, Paris, Puf, 2001.

Book: Les cadres

Paul Bouffartigue, Charles Gadéa, Sociologie des cadres, Paris, Editions La Découverte, 2000

« Depuis les années quatre-vingt-dix, il est question de ” banalisation “, de ” précarisation ” et de ” crise de confiance ” des cadres. La société française est-elle en train de se défaire de cette catégorie sociale originale, construite avec succès des années trente aux années soixante-dix ? Assiste-t-on à la fin du compromis social qui unissaient les cadres aux directions d’entreprise ? Ce livre relance le regard sociologique sur ce groupe social, après une quinzaine d’années de désintérêt, en le focalisant sur les cadres d’entreprise. Il fait le point sur les grandes évolutions de l’emploi des cadres, de leurs caractéristiques sociales et de leurs modes de vie. Il interroge le devenir des voies d’accès au statut cadre en cours de vie active. Il traite des grandes dimensions d’une déstabilisation – du chômage aux comportements syndicaux en passant par le travail et les carrières – dont les implications demeurent incertaines : allons-nous vers l’éclatement, voire la disparition des cadres comme catégorie distincte au sein du salariat ? »

 

Presentation: Engineers in Indian Cinema

Engineers in postcolonial India

Arundhati Virmani

Abstract of presentation in « Journée de l’Inde, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en Provence

28 May 2011

Since independence, projects of economic development and modernisation of Indian society attributed a legitimacy and a heightened social recognition to the engineer’s profession. Far from being a new profession, the engineer had nevertheless received a renewed social recognition as a result of British colonial policy of railway development and urban infrastructures from the end of the 18th century onwards. The present inquiry into the social responses and reception of the figure of the engineer after 1947, defined with reference to his skills and his technical knowledge in a society still strongly dominated by membership of caste or community is based on a corpus of Indian films produced since the 1950s when Nehru’s government set in motion a modernisation of the country founded on the principles of technical and practical knowledge.

A study of the cinematographic representations of the engineer in the different regional languages offers us a perception into the paths of insertion of this technical group in Indian society. Confronted with other professions such as doctors, lawyers, university professors or policemen, already well integrated in the social system, the engineer is seldom the protagonist of a fim. Hero of a national project led by elites who were products of the new meritocratic system, he is constantly obliged on the field to negotiate with prevailing working conditions and practices in order to achieve the transformation he is expected to to introduce in the urban and rural landscape of modern India. Bearer of practices expected to « revolutionize » society, he incarnatees the tensions between a knowledge imported form the West and the social values and traditions of his own caste or community. A comparison of films produced in the 1950s-1980s and the 1990s to dates highlight the shifts in the engineer’s place and rôle in Indian society and state structures. More recent films ofcourse focus on the figure of the computer engineer which highlight a new kind of tension : sought after in the international market, the engineer has abandoned the mission hitherto assigned to him of modernizing his own country. It remains to be seen if films simply mirror big social transformations or contribute to some of the key transformations in Indian society by suggesting new models of behaviour ?

Arundhati Virmani, after her PhD in history from the University of Paris I-Panthéon Sorbonne taught in Delhi University before moving to France where she taught in the University de Bordeaux. She currently teaches at the Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, Marseille.

Her publications include India : 1900-1947. Un Britannique au cœur du Raj (Paris, Autrement, 2001) and A National Flag for India. Rituals, Nationalism and the Politics of Sentiment (Delhi, Permanent Black, 2008)

Forthcoming Atlas historique de l’Inde (Paris, Autrement, 2012)

Emotional Pasts : Questions for Indian Political Culture (Delhi, Three Essays, 2012

Kaala Patthar [Black Stone] is a 1979 Indian drama film directed by Yash Chopra ; starring Amitabh Bachchan and Shashi Kapoor who plays an engineer incharge of the mine.

Book: Engineers and Middle Classes in France

Paul Bouffartigue, Charles Gadéa, et Sophie Porchic, Cadres, classes moyennes : vers l’éclatement ? Paris, Armand Colin, 2011.
“« Banalisation  des cadres », « stress au travail », « panne de l’ascenseur social », « crise des classes moyennes » : les anxiétés sociales se focalisent sur ce vaste ensemble dans lequel une majorité de la population tend désormais à se reconnaître. Dans quelle mesure sont-elles fondées ? Reflet de tendances lourdes ou emballement  médiatique, voire rhétoriques politiques ? Une quarantaine de sociologues et de spécialistes en sciences de gestion apportent une réponse nuancée.  

Multipliant les angles d’observation, combinant de grandes enquêtes quantitatives et des enquêtes localisées, faisant place à l’étude de catégories de salariés proches des cadres, donnant une large place aux différences liées au genre et aux générations, l’ouvrage sonde l’évolution des frontières entre cadres et non cadres. Il analyse les carrières, le rapport au travail et les conditions de travail des cadres, mais aussi leur mode de vie, leurs pratiques culturelles et leurs comportements politiques. Cadres non dirigeants et professions intermédiaires, cœur des classes moyennes salariées, apparaissent à la fois éloignés sur de multiples plans et néanmoins réunis par nombre de passerelles.
Bilan des recherches empiriques et contribution au renouvellement du débat théorique sur la notion de classes moyennes, il plaide pour une analyse nuancée qui prend en compte les diverses facettes du devenir de ce monde social inscrit au cœur de la société française. “

Contributors: T. Amossé, S. Bosc, V. Boussard, C. Brousse, M. Cartier, J. Chiche, Ph. Coulangeon, O. Cousin, I. Coutant, L. Coutrot, Y. Dalla Pria, F. Dany, F. Darbus, C. Delmas, F. Devine, S. Ghaffari, A. Grelon, G. Groux, C. Guillaume, M. Guyonvarch, N. Lapeyre, J. Laufer, G. Lazuech, N. Le Feuvre, N. Leroux, O. Masclet, F. Mispelblom Beyer, P. Moulévrier, M. Oberti, F. Palpacuer, A. Pélage, C. Peugny, T. Poullaouec, E. Préteceille, J. Rhulmann, A. Seignour, Y. Siblot, L.-A. Vallet, C. Vercher, N. Vezinat, L. Wolff.

Book Review (in French) : http://www.liens-socio.org/Cadres-classes-moyennes-vers-l