Tag Archives: Engineering Colleges

ENGIND Seminar : 17/06/16, EHESS Paris, Educating the Engineering Elite

IIT KanpurENGIND Seminar 17th June 2016, EHESS, Paris, Room N°662, 2-5 pm

Odile Henry, Mathieu Ferry

Educating the engineering elite.

Classifications and classification categories in the Indian Institutes of Technology (IITs)

Since Independence Engineering studies have been seen as a force capable of transforming Indian society, with advanced technology being central to the development model. The Indian Institutes of Technology (IITs) hence particularly embody the values of modern India. Exempted from the application of reservation policies to start with, IITs tend to be perceived as places that produce a meritocratic elite, freed from the contingencies related to caste and their political exploitation. The success of former IITs students in the US computer industry in the 1980s and the liberalization of the Indian economy in the 1990s tend to make IITs a “brand” associated with Indian global competitiveness and the values of a private sector disembedded from the social and political spheres.

Based on an ongoing fieldwork in one of these technical elite education institutions, we will question this meritocratic model.

The analysis of the process of admission, orientation towards streams (degrees and discipline), selection during the training, and placement on the labor market, highlights the types of hierarchy that exist within the student population and the trends that contribute to the global reproduction of social inequalities.

 

Séminaire : Que fait la figure de l’ingénieur au monde social en Inde? 19/02/2016

Séminaire de recherche IDHES-Département de sociologie

Lignes d’effervescence en sociologie des groupes professionnels

Première séance : Vendredi 19 février 10h-12h30

Salle T11, bâtiment T, Université de Nanterre

Roland Lardinois

(Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud, CNRS)

Que fait la figure de l’ingénieur au monde social en Inde ?

Résumé : La prolifération des écoles d’ingénieurs en Inde depuis une vingtaine d’années, la compétition accrue pour parvenir à entrer dans les écoles les plus prestigieuses comme les Indian Institute of Technology, le développement sans précédent de centres de préparation (coaching centers) aux concours d’entrée dans ces écoles professionnelles (ingénieurs et médecine), la mise en place d’un système parascolaire organisé sur un mode quasi-industriel pour s’adresser à ces milliers de candidats potentiels, le poids des formations informatiques liées à l’expansion du secteur des technologies de l’information, l’exemplarité donnée par quelques grandes firmes multinationales comme Infosys, tout cela contribue à interroger ce que la figure de l’ingénieur fait à la société indienne dans un contexte de libéralisation économique où tout service éducatif se monnaie sur un marché libre qui n’épargne aucun secteur de l’économie que l’Etat peine à encadrer.

Le séminaire « Lignes d’effervescence en sociologie des groupes professionnels »

Dans le travail de tout chercheur, il existe des domaines familiers, dans lesquels une solide expérience a été acquise, et des domaines en cours d’exploration, où des investigations ont été engagées mais n’ont pas encore donné lieu à des connaissances reconnues et stabilisées. Pour le dire à la manière de T. Kuhn, l’activité de recherche comporte des aspects de « science normale » et des points d’effervescence, des pistes dans lesquelles on s’aventure pour aborder un domaine nouveau ou s’essayer à des cadres théoriques inhabituels. C’est à la présentation de tels chantiers, à ces objets ou perspectives à l’état d’esquisse qu’est consacré ce séminaire : l’auteur-e sera invité-e à faire part de ses réflexions, ses choix et ses hésitations, sans cacher les difficultés ou les doutes qu’il rencontre.

Public

Le séminaire est conçu à l’attention des étudiant-e-s du master « Etudes et recherches sociologiques, des chercheur-e-s de l’IDHES, des membres du département de sociologie de Nanterre, mais il est ouvert à l’ensemble des chercheur-e-s et doctorant-e-s intéressé-e-s.

Séance suivante

Le 11 mars 2016, Reinhard Gressel (IFSTTAR) et Charles Gadea (IDHES) : « Les professionnels mobiles. Une problématique en mouvement »

Coordination

Valérie Boussard (IDHES) valerie.boussard@u-paris10.fr et Charles Gadea (IDHES) charles .gadea@u-paris10.fr

Books: L’École Polytechnique

Bruno Belhoste, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003

“La technocratie française est née pendant la Révolution avec l’École polytechnique. Les futurs cadres techniques de l’État y reçoivent un enseignement scientifique général d’excellence, avant de se spécialiser dans des écoles d’application. Désignés pour leurs seuls mérites, les technocrates du XIXe siècle croient aux vertus de l’éducation et de la connaissance, tout en ayant l’orgueil de caste des grands serviteurs de l’État.
C’est à l’École polytechnique qu’ils acquièrent, dans un cadre militaire, leurs compétences et leurs dispositions. L’institution incarne un idéal hérité des Lumières : en s’appliquant, les sciences théoriques assurent le progrès matériel et technique.
À partir de ces thèmes, Bruno Belhoste propose une analyse globale du système polytechnicien au XIXe siècle, de ses pouvoirs et de ses savoirs, et une étude détaillée des origines des élèves et de leurs destins. Il fournit ainsi une réponse documentée et argumentée à la question des origines de la technocratie française.”

Marc-Olivier Baruch & Vincent Guigueno (eds), Le choix des X : l’École polytechnique et les polytechniciens 1939-1945, Paris, Fayard, 2000

“Pourquoi et comment un polytechnicien poursuivant une carrière dans l’administration, l’armée ou l’entreprise devient-il un résistant ? Quelles furent à l’inverse les motivations de ceux qui, vantant l’apolitisme de la technique, choisirent de conserver des responsabilités au sein de services de l’État engagées dans la Révolution nationale et la collaboration ?
Les réponses à ces questions se trouvent moins dans une hypothétique identité polytechnicienne que dans l’analyse du parcours des élèves et anciens élèves au sein de quatre groupes : les promotions présentes à l’École pendant la Seconde Guerre mondiale, les ingénieurs des grands corps techniques de l’État, les officiers des armes savantes, enfin les résistants, issus de chacun de ces trois derniers groupes.
Ce livre prolonge des journées d’études animées par l’association X-Résistance. Il rassemble des textes rédigés par des historiens spécialistes de la Seconde Guerre mondiale, des documents inédits et des témoignages d’acteurs de l’époque qui rappellent que, au-delà d’éventuels déterminismes transmis par la formation polytechnicienne, l’engagement fut d’abord un choix individuel.”

See also: 

B.Belhoste, A.Dahan-Dalmedico, D.Pestre & A.Picon (eds), La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Economica, 1995

Concordance des temps, Polytechnique: Une caste en démocratie?, 05/05/2012

 

Delhi Technicological University: Alumni Conclave 2012

From Delhi Polytechnic to the Delhi Technicological University

Delhi College of Engineering, now Delhi Technologial University since 2010, is one of the premier colleges of Engineering education in India and has played unique and important role in the advancement of technical education. Established in 1941 as Delhi Polytechnic, Delhi College of Engineering has played the role of mother institution in establishing Indian Institute of Technology-Delhi, School of Planning and Architecture-Delhi, College of Pharmacy-Delhi, College of Arts Delhi, Netaji Subhas Institute of Technology-Delhi & many more institutions.

read more: http://dce.ac.in/aboutdce/history.php