Category Archives: 6. Publications

Publication : Engineers in India : Industrialisation, Indianisation and the State, 1900-47

Aparajith Ramnath, Engineers in India : Industrialisation, Indianisation and the State, 1900-47. Ph.D. Thesis. Imperial College London,  2013

“This thesis offers a collective portrait of an important group of scientific and technical practitioners in India from 1900 to 1947: professional engineers. It focuses on engineers working in three key sectors: public works, railways and private industry. Based on a range of little-used sources, it charts the evolution of the profession in terms of the composition, training, employment patterns and work culture of its members. The thesis argues that changes in the profession were both caused by and contributed to two important, contested transformations in interwar Indian society: the growth of large-scale private industry (industrialisation), and the increasing proportion of ‘native’ Indians in government services and private firms (Indianisation). Continue reading

Publication : Gender, Status and Migration of Nurses in India

Nair Sreelekha, Moving with the Times. Gender, Status and Migration of Nurses in India. New Delhi : Routledge, 2012

“This book is an attempt to penetrate the silence that surrounds the lives of nurses as migrant women. It offers a perceptive understanding of the trials faced specifically by women from the state of Kerala, in their personal and professional spheres, in the challenges posed to single women migrants as such, and the lower status ascribed to the job. In highlighting aspects of their lived experiences, it reveals how the identities of gender, class and ethnicity unmask the realities behind claims of egalitarianism and equal citizenship. Nurses from Kerala form one of the largest groups of migrant women workers in the international service sector along with Filipinos and Sri Lankans. Continue reading

Talk : From Local Technologies to New Forms of Global Governance

Balaji Parthasarathy, Reversing the flows of ideas? From local technologies for the marginalised to new forms of global governance. Tiffin Talk, Australia India Institute, 28 March 2013.

“For decades, largely agrarian, previously colonial, developing countries were the recipients of technologies, in domains ranging from medicine to transportation. The technologies also came embedded in specific ideas about social organisation and governance mechanisms, such as bureaucratic or market rationality. Lately, there is evidence of changes to the direction of flow as developing countries have become adept late-industrialisers who produce technology. Continue reading

Review: Scholars and Prophets

« The Fascination for India », La Vie des idées, 11 March 2013

Review by Jules Naudet (Translated by Rohini Rangachari)

Roland Lardinois, Scholars and Prophets. Sociology of India from France 19th-20th Centuries. New Delhi: Social Science Press, 2013

“Since the 18th century, India has been portrayed in contradictory ways. While scholarly knowledge is based on the philological study of texts, literary Orientalism expresses its fascination for a society well-known to preserve the values of order and hierarchy. For Roland Lardinois the anthropology of Louis Dumont illustrates the ambiguity of these discourses.”

Continue reading

Publication: Scholars and Prophets

Roland Lardinois, Scholars and Prophets. Sociology of India from France 19th-20th centuries. New Delhi: Social Science Press, 2013

Scholars and ProphetsSociology of India from France 19th – 20th centuries is being translated from L’invention de I’ Inde. Entre ésotérisme et science, and deals with the historical genesis of the long and rich scholarship on India in France since the beginning of 19thcentury, with particular reference to the work of Louis Dumont. It considers the works of scholars and the essayists, poets, or esotericists who published on India and shows that Dumont has been influenced by both groups. This understanding illuminates the main criticism that is still addressed to Homo hierarchicus, that in this book Dumont mistook the internal Brahminical view point on the caste system for a sociological view. In the last chapter, the book contrasts Dumont’s work with issues raised by McKim Marriott’s project and the Subaltern Studies from India. It defends that the core issue dealt with by all scholars is the epistemic status given to scientific knowledge of Indian society.  Continue reading

Publication: Working Class Housing

Vanessa Caru, Des toits sur la Grève. Le logement des travailleurs et la question sociale à Bombay (1850-1950). Paris: Armand Colin, 2013. 

“Bombay, capitale indienne de l’économie et des services, forte de 20 millions d’habitants, s’est hissée au rang de cinquième métropole mondiale. Pôle d’attraction des migrations, sa croissance s’est faite au prix de fortes inégalités, si bien qu’aujourd’hui plus de la moitié de la population de la ville vit dans des bidonvilles, sur 6 % de la superficie urbaine.
Ce problème crucial n’est pas récent. La question du logement des plus pauvres a en effet émergé, dès le tournant du XXe siècle, comme une question politique majeure. Les autorités coloniales, puis le Parti du Congrès à partir des années 1930, ont choisi d’en faire l’un des principaux terrains du traitement politique de la question sociale.
Réfutant une approche longtemps prédominante dans le domaine de l’histoire urbaine des mondes coloniaux, selon laquelle l’urbanisme colonial est un processus imposé par le haut, cet ouvrage démontre combien le gouvernement colonial a été perméable à l’agitation sociale, qu’il a tenté de juguler en construisant des immeubles pour loger la main-d’œuvre industrielle, jetant littéralement des toits sur la grève. L’intérêt manifesté par les autorités pour ce problème et leur intervention précoce dans cette sphère ont également contribué à l’émergence de nouveaux terrains de négociation et de confrontation entre les travailleurs et le pouvoir, et de moyens de lutte spécifiques, comme la création de syndicats de locataires des classes populaires.
Fruit d’un travail mené à partir d’archives en partie inédites, cette étude apporte un éclairage nouveau sur la nature et les mécanismes de la domination coloniale, tout en complétant l’analyse des formes de mobilisation des travailleurs urbains indiens, qui s’était jusqu’alors limitée à la seule sphère du travail. Elle fournit, enfin, une perspective historique sur l’un des processus les plus marquants de la production de l’espace à Bombay, l’accaparement des ressources urbaines par les classes les plus aisées, établissant le rôle qu’y ont joué les autorités coloniales et les élites indiennes. ”

Contents:

Chapitre liminaire : les raisons d’un silence (1850-1896)
Première partie : la fabrique d’un problème politique, le logement des travailleurs
1. L’épidémie de peste comme révélateur (1896-1914)
2. Eradiquer l’habitat insalubre (1898-1918)
3. Elaborer un habitat modèle ? réalisations et limites de la politique de logement du bombay city improvement trust
Deuxième partie : le traitement de la question sociale par le logement
4. Le logement devenu une urgence politique (1917-1920)
5. Mesures politiques et politique technique (1918-1928)
6. Logement patronal, logement colonial et contrôle de l’agitation ouvrière (1919-1934)
Troisième partie : le logement ouvrier, entre hégémonie nationaliste et nouvelles revendications populaires
7. Le logement populaire à l’heure des réformes électorales (1934-1937)
8. Contrôler les faubourgs ouvriers, la question du logement sous le congress raj (1937-1939)
9. « Jam yesterday, jam tomorrow, but never jam today », la politique de logement aux premiers temps de l’indépendance”

See Also: 

Vanessa Caru « La fabrique du logement ouvrier à Bombay », Histoire urbaine 2, n°19, 2007. Available here.

Vanessa Caru, « Où se loge le politique ? Mouvement des locataires et politisation des subalternes, Bombay (1920-1940) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, Vol. 58, n° 4, 2011

Publication: Professional Groups

Régine Bercot, Sophie Divay, Charles Gadea (eds.)Les groupes professionnels en tension. Frontières, tournants, régulations, Paris, Octarès Editions, 2012

“Les métiers naissent, se développent, meurent. Ils forment des êtres collectifs aux frontières mouvantes, dans lesquels gravitent et coopèrent des acteurs aux statuts divers : aux côtés des professionnels, interviennent souvent des amateurs, des profanes, des bénévoles. Ce livre fait le choix d’interroger leur présence et leurs activités, car elles aident à comprendre le monde social des professionnels. Il se penche également sur les moments-clés qui marquent l’histoire des groupes professionnels, aussi bien dans les temps incertains de leur émergence, que lorsqu’il s’agit de développer de nouvelles spécialités ou encore de faire face à des changements soudains de leur cadre d’exercice. Il montre aussi que ce n’est pas sans tensions que se négocie le contrôle de l’activité ou de la formation, et que les modalités de régulation des carrières peuvent prendre des formes surprenantes.”

See Also:

Didier Demazière and Charles Gadéa,  Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte « Recherches », 2010. Available here.

 

 

 

Publication: Consulting Engineers

 Odile Henry, Les guérisseurs de l’économie. Socio-genèse du métier de consultant (1900-1944), Paris, CNRS Éditions, 2012

“Véritables « médecins des affaires », les ingénieurs-conseils évaluent l’état de santé d’entreprises privées comme d’institutions publiques, et proposent des « thérapies » visant à corriger les dysfonctionnements constatés. Mais derrière leur prétention scientifique à l’objectivité, ces diagnostics et remèdes sont autant d’affirmations normatives sur le monde économique. Mis en oeuvre par les dirigeants, ils deviennent même constitutifs des réalités sociales.

À travers une histoire structurale de la profession de consultant et une analyse de l’émergence du management, Odile Henry nous emmène donc au coeur de l’incessant processus de production symbolique et idéologique de l’ordre social.

Placée, dès le début du xxe siècle, au centre de rivalités entre État et domaine civil, imprégnée de saint-simonisme, nourrie des apports conflictuels du taylorisme et de la doctrine administrative, la profession est l’objet d’âpres luttes d’influence. Elle trouve ensuite, dans le régime de Vichy et son nouvel ordre juridique, un « nouvel espace des possibles », éclairant le rôle décisif de l’État dans la constitution de son autorité.

Un grand ouvrage de sociologie historique.”

Book review:

Marc Mousli, “Les guérisseurs de l’économie. Ingénieurs-conseils en quête de pouvoir”Alternatives Économiques, n°319, 2012

 

Publication: The General Review of Public Policies in France

Odile Henry, Frédéric Pierru (ed.), « Le conseil de l’État (2) – Le “moment RGPP” », Actes de la Recherche en sciences sociales, n°194, Septembre 2012

Contents :

Les sommets très privés de l’État
Le « Club des acteurs de la modernisation » et l’hybridation des élites
Julie Gervais

« On n’y comprend rien »
Des salariés européens face à l’action des cabinets de conseil dans la réforme de l’audiovisuel public
Pierre-Emmanuel Sorignet

Le mandarin, le gestionnaire et le consultant
Le tournant néolibéral de la politique hospitalière
Frédéric Pierru

Les syndicats et l’expertise en risques psychosociaux
Note de recherche sur les années noires du management à France Télécom Orange
Odile Henry

Les comptes des générations
Les valeurs du futur et la transformation de l’État social
Yann Le Lann et Benjamin Lemoine

Hors thème :

Transformations morphologiques et mobilisations disciplinaires
Les enseignants et étudiants de l’Institut d’anglais de la Sorbonne en 1968
Christophe Gaubert et Marie-Pierre Pouly

Online version available here

Publication: Private Expertise and the State

Odile Henry, Frédéric Pierru (ed.), « Le conseil de l’État (1) – Expertise Privée et Réformes des Services Publics », Actes de la Recherche en sciences sociales, n°193, Juin 2012

Contents:

Les consultants et la réforme des services publics
Odile Henry et Frédéric Pierru

Etat, experts et savoirs néo-managériaux
Les producteurs et diffuseurs du New Public Management en France depuis les années 1970
Philippe Bezes

Un entrepreneur de réforme de l’Etat : Henri Fayol (1841-1925)
Odile Henry

Du grand soir au clair obscur
Expertise économique et privatisation bureaucratique de l’assurance maladie
Daniel Benamouzig

Du militant au manager
La trajectoire d’un syndicaliste au sein d’une entreprise publique
Sylvain Thine

Expertise, politiques publiques et économie créative : le cas britanique
Philip Schlesinger

Hors thèmes :

L’économie symbolique du capital social: Notes pour un programme de recherche
Bruno Cousin et Sébastien Chauvin

 Online version avaialable here

Review: Race & Caste

« Peut-on comparer race et caste ?. Retour sur la sociologie de l’Inde de Louis Dumont », La Vie des idées, 18 janvier 2012

Review by Roland Lardinois

Kamala Visweswaran, Un/common Cultures. Racism and the Rearticulation of Cultural Difference, Durham, Duke University Press, 2010 ; New Delhi, Navayana, 2011

“L’œuvre de l’anthropologue Louis Dumont, qui aurait eu 100 ans le 1er août 2011, ne cesse d’être discutée. Dernier exemple, les critiques que lui adresse l’anthropologue américaine Kamala Visweswaran dans un livre qui revient sur l’usage dans les sciences sociales des notions de culture, de race et de caste.” 

Continued: http://www.laviedesidees.fr/Peut-on-comparer-race-et-caste.html

 


Review: Diversity and Change in Modern India

« Les mutations de la société indienne », La Vie des idées, 16 mars 2011

Review by Roland Lardinois

Antony F. Heath et Roger Jeffery (dir.), Diversity and Change in Modern India. Economic, Social and Political Approaches, The British Academy, Oxford University Press, 2010

“L’ouvrage édité par Antony Heath et Roger Jeffery offre une vue d’ensemble des transformations de la société indienne. Dominé par les contributions d’économistes et de politistes, il reflète l’état des sciences sociales en Inde, où la sociologie peine à se développer pleinement.”

Continued: http://www.laviedesidees.fr/Les-mutations-de-la-societe.html

 

 

 

Book: The Indian Flag

Arundhati Virmani, A National Flag for India, New Delhi, Permanent Black, 2008

“Unearthing the complex history of the making of the Indian national flag, Arundhati Virmani reveals cultural processes that imposed a set of values and sentiments on an incredibly diverse and scattered body of people. She shows that the Indian flag had strong roots in the ethos of colonialism. It was a major resource for the nationalist movement, a tool that allowed large social diversities to assert the compelling necessity for a new political culture with secular nationalism as the unifying pole. This viewpoint was contested by the Muslim League, the Sikhs, the Indian princes, and Hindu nationalists. So how, in the end, did the Indian flag come to fly as it does today? And how, in contrast, was the flag of Pakistan created?”

“The long and difficult elaboration of the Indian national flag, the diverse and sometimes contrary expectations that built up around this object during half a century with their stakes profoundly rooted in the social world: these essential aspects of the historian’s work are masterfully unravelled in this book.” Jacques Revel, Historian, EHESS, Paris

Book: Chinese Society

Tania Angeloff, Histoire de la société chinoise, 1949-2009, Paris, Editions La Découverte (Repères 545), 2010

Work, social stratification, ethnic group, men-women relations, etc…all the aspects of Chinese society since 1949 are examined in this highly original work, that blends together the fields of history and sociology for a better understanding of Chinese society and how she arrived to such modernity – unique in its practical details ?”

“Avec plus d’un milliard trois cent trente millions d’habitants, la société chinoise fascine ou effraie. Depuis 1949, elle a connu l’arrivée des communistes au pouvoir, le maoïsme et l’ère des réformes à partir de Deng Xiaoping. À l’heure d’un libéralisme économique ouvertement capitaliste, elle vit une mutation socioéconomique accélérée, tandis qu’officiellement le régime politique reste une « dictature démocratique du peuple ».
Comment la Chine en est-elle arrivée à cette modernité ? Comment un régime autoritaire peut-il organiser et réguler l’ouverture économique et sociale ? Entre ruptures et continuités, la société chinoise est ici abordée sous de multiples angles : éducation, travail, santé, appartenance ethnique, migrations, rapports hommes-femmes, jeunesse, inégalités sociales, mouvements de contestation et de résistance.
La progression chronologique permet de se repérer dans les soixante années mouvementées qu’a traversées le peuple chinois ; les nombreux encadrés apportent des éclairages précis et des données récentes sur des aspects souvent méconnus de la société, au-delà des clichés sur la modernisation chinoise et ses acteurs à l’aube du XXIe siècle. »