Séminaire EHESS : Les ingénieurs face à la société, un jeu de miroirs, XIXe-XXe siècles

Claudine Fontanon, maître de conférences, EHESS 

Irina Gouzevitch, ingénieure d’études, EHESS

2e et 4e vendredis du mois de 10 h à 12 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris),du 8 novembre 2013 au 13 juin 2014. Pas de séance le 9 mai

L’interaction de l’ingénieur avec la société est un élément identitaire fort de la profession. D’une part, les ingénieurs cherchent à se positionner par rapport à la société et à s’y faire une place appropriée en élaborant des modes d’affirmation de leur statut social propre et en se fabriquant une image qu’ils souhaitent renvoyer. Pour ce faire, d’une part ils créent des associations professionnelles aptes à défendre leurs intérêts mais de l’autre, ils investissent d’autres branches d’activité où ils essaient d’appliquer et de faire valoir leurs méthodes rationnelles d’intervention, de règlementation et d’efficacité.


Les secteurs d’activité où les ingénieurs s’investissent en dehors de leurs domaines de compétences reconnues nous intéressent particulièrement. Le séminaire de l’EHESS que nous avons tenu en 2012/2013 sur cette thématique a révélé la fécondité de cette notre approche. Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut mentionner : la littérature, les  arts et la musique, les sports, le tourisme et la photographie, la politique, les sciences exactes ou expérimentales, la philosophie, la sociologie ou les sciences occultes, l’architecture et l’urbanisme…/
La société, pour sa part, cherche à décoder cette image tout en élaborant sa propre vision, et sa perception de ce nouveau groupe professionnel – qui se construit à travers l’Europe tout au long du XIXe siècle – évolue au fur et à mesure que la profession se consolide, fait ses preuves et se globalise.  Les hommes des arts et des lettres y participent de manière active en intégrant progressivement les ingénieurs dans leurs œuvres, d’abord comme figurants, ensuite comme personnages douteux à l’identité trouble, pour finalement en faire des acteurs positifs du progrès social.

Calendrier provisoire :

8 novembre 2013 : Konstantinos Chatzis (ENPC/LATTS) « Le “libéralisme” des ingénieurs du Bureau of Public Roads et le réseau autoroutier urbain américain, 1930-1960 »

23 novembre : Ghenima Bita (EHESS) « Les ingénieurs du génie militaire Français en Algérie »

13 décembre : Laurent Rollet (université de Nancy), « le roman secret d’Henri Poincaré » et Claudine Fontanon (EHESS), « les ingénieurs à l’Académie des sciences  1840-1940 »

  • Le roman secret d’Henri Poincaré

Poincaré rédigea un roman complet dans les années 1879-1880. À cette époque il était dans une période de transition : il venait de prendre sa première résidence d’ingénieur des mines à Vesoul, un poste où il s’ennuyait beaucoup, et il se préparait à embrasser une carrière universitaire en terminant son doctorat et en travaillant sur les fonctions fuchsiennes. L’ouvrage semblait irrémédiablement perdu jusqu’à ce qu’on le retrouve, presque par hasard, en 2012.
Oscillant entre la comédie dramatique et la farce, il met en scène une histoire d’adultère dans une petite ville de province entre une dame de la bourgeoisie et un sous-préfet. Tout dans ce manuscrit de 80 pages prête à sourire : les personnages portent des noms comiques (M. de la Blanquette, M. Cidoux, M. Robinet de la Sapinière, Flicotin,), les quiproquos sont nombreux, le dénouement presque miraculeux et les analyses psychologiques sont fleuries d’aphorismes ou de généralisations morales qu’on ne peut lire qu’au second ou au troisième degré.
On pourrait voir ce roman – et c’est bien ainsi qu’il a été traité par la plupart des biographes qui en ont fait vaguement état – comme une simple parenthèse dans une carrière par ailleurs bien remplie. Il est pourtant bien plus que cela. En premier lieu, il constitue un document inédit sur les pratiques littéraires des savants, pratiques sur lesquelles on a finalement assez peu d’exemples. Il prolonge de plus une pratique d’écriture quotidienne que l’on peut suivre dans sa correspondance d’étudiant et dans laquelle il insère fréquemment des poèmes ou des mises en scène théâtrales de ses visites mondaines ; il nous renseigne donc sur son mode de vie à cette époque, sur la manière dont il organisait son temps entre travail et loisir, et, peut-être aussi sur ses ambitions littéraires. Enfin, il constitue une fenêtre ouverte sur son imaginaire littéraire ainsi que sur ses représentations sociales, politiques et culturelles…

10 janvier 2014 : Thierry Renaux (Centre Alexandre Koyré) « Des collections d’ingénieurs ou l’illustration du patrimoine de l’aluminium. Les collections d’automobiles Jean-Albert Grégoire et la collection d’objets Jean Plateau-Institut pour l’histoire de l’aluminium ».
Deux ingénieurs, un polytechnicien et un mineur, ont constitué des collections, indépendantes l’une de l’autre et dont un objectif leur est commun : préserver le patrimoine de l’aluminium. La collection d’automobiles Jean-Albert Grégoire et la collection d’objets Jean Plateau, mises en valeur par l’Institut pour l’histoire de l’aluminium (IHA), sont des ensembles uniques. La première réunit des réalisations de l’ingénieur Grégoire (1899-1992) qui s’est constitué sa propre collection. La seconde est dédiée à l’aluminium : elle réunit près de 25 000 objets tout ou partie en aluminium et illustre les applications et l’histoire du métal léger.
Le survol des parcours professionnels et l’analyse des collections (de la collecte à la valorisation) de ces deux ingénieurs, fins connaisseurs du matériau aluminium, montrent comment leurs regards de technicien façonnent leur approche d’une histoire industrielle dont ils ont été acteurs.

24 janvier : Antoni Roca Rosel (Escola Tècnica Superior d’Enginyeria Industrial de Barcelona) « Médecins et ingénieurs à l’époque des Lumières : les barcelonais Francesc Salvà i Campillo et Francesc Santponç i Roca »

14 février : Geneviève Massard Guilbaud (EHESS) « Autour des comblements de Nantes. Réflexion sur le pouvoir politique et la responsabilité sociale des ingénieurs des Ponts »

28 février : Juan Pan Montoljo (Université autonome de Madrid) « Les ingénieurs agricoles et la société rurale en Espagne, 1890-1936 : la découverte des paysans ».

14 mars : Laura Zattra (Université de Padoue, Italie) « Réalisateur en informatique musicale : émergence d’une profession »

22 mars : Régis Couillard (EHESS, Paris1 Panthéon-Sorbonne) « L’ingénieur dans la presse généraliste française entre 1850 et 1914 » et Guillaume de Syon (Albright College, USA) « Paris Match et le reportage technique durant les Trente glorieuses »

26 avril : Diego Arengo-Lopez (EHESS/CRH) « L’urbanisme, institutions et professionnels. Architectes et ingénieurs à Bogota et Buenos Aires, XXe siècle »

9 mai Alexandra Kobiljski  (EHESS) « Les rêves d’un ingénieur chimiste japonaise : la poésie et la prose de Shimomura Kôtarô (1863-1937) »

23 mai : Mauve Carbonell (Université de Marseille) « Des ingénieurs en milieu montagnard ; Péchiney en Maurienne au XXe siècle »

13 juin : Rozzana Tazzioli (Université de Lille) « L’engagement anti-fasciste et institutionnel de l’ingénieur Gustavo Colonnetti »

Aires culturelles : Europe,

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *